KRONOS ▪ LES ROUES DU TEMPS

Dans sa démarche de promotion de l’art et d’artistes, Coco-Mat a le plaisir de vous présenter l’exposition d’œuvres de la plasticienne Evelyne Kelyan et d’accueillir une installation de sculptures & de photographies intitulée « Kronos – Les Roues du temps », faisant largement écho à notre démarche et philosophie.

Evelyne Kelyan vit et travaille principalement à Paris. Après une longue période au Canada, à voyager sur plusieurs continents, de recherches, d’expérimentations empreintes à différentes cultures et civilisations, elle présente, principalement une vingtaine de sculptures en bois, en céramique, en marbre, en obsidienne et des photographies.

« KRONOS – Les Roues du Temps », se décline en une série de six sculptures « fragmentées » en forme de cercles et un disque (en bois d’environ 25 cm de diamètre, conçues à être déclinées en format plus grand). Elles se veulent comme une sorte de métamorphose, allant du plein au vide et du vide au plein, davantage constituée de vide que de plein, en opposition à la sculpture traditionnelle classique, et d’où se dégage à la fois, si ce n’est une ébauche sculpturale, une écriture plastique qui se veut fragile, intemporelle, « poétique », en référence et écho à la nature, autant que possible dans une démarche et un soucis écologique. De conception formelle, comme une déclinaison, une synthèse symbolique du temps qui s’emplit, se vide, roule comme une roue sempiternelle qui tourne à l’infini.

Les autres séries de sculptures en forme de disque et de cercle, en céramique, en obsidienne d’Arménie (pierre volcanique de plus de 4 millions d’années, utilisée dès le paléolithique, en référence aux pointes de flèches et aux outils,…), en marbre de Grèce (roche métaphorique dérivée du calcaire, du mot grec ‘marmaros’, utilisé dès le néolithique), rehaussées d’or ou d’argent, se veulent en quelque sorte des déclinaisons précieuses aux matières plus nobles et pérennes, en références à ces outils utilitaires qui ont traversés le temps et à la statuaire dite « Cycladique », («Kiklos-cycle-cyclique-Cyclades», due à la configuration en cercle des îles de cet espace égéen).

La sélection de photographies disposées en damier, ici, présenté à la verticale, évoque une sorte de mosaïque re visitée. Composée de 60 photos (20×20) faisant un tout, mais aussi indépendantes les unes des autres, réunies de manière aléatoire, prend surtout inspiration et sources plus particulièrement en références aux « Roues de l’éternité », formes symboliques utilisées depuis les âges primitifs (réf. aux signes, symboles rupestres des pétroglyphes), jusqu’à nos jours, dans l’histoire de l’architecture et des arts arméniens. Sorte de mosaïque photographique composée de détails, d’éléments, de fragments figés d’une mémoire intemporelle, des pans d’une histoire, de lieux et de formes extraites de leur contexte, sont invoquées, et renvoient aux cercles, aux symboles du cycle de la vie, comme des emblèmes ou étendards figés (souvent en macro ou agrandi, voir volontairement flou), par le prisme photographique.

Le travail d’Evelyne Kelyan est empreint de quelque chose à la fois de l’approche formelle, mais aussi davantage guidé par l’instinct et l’émotion que peut procurer et évoquer une forme, une couleur, une patine du temps, un matériau, une juxtaposition, une combinaison à la fois esthétisante et formelle, induisant ou pas des symboles. Sa démarche l’amène à explorer constamment d’autres formes ou déclinaisons, générées par une « prima idée ou forme », précédant toutes celles qui en découleront, générant ainsi de nouvelles sculptures, dans d’autres matériaux, et ainsi de suite, par association d’idées, de formes, d’exploration de matériaux,… procédant ainsi de la déclinaison et de la métamorphose, avec une forte connotation symbolique à l’histoire et à l’histoire de l’art.

Evelyne Kelyan née à Paris, après avoir vécue à Montréal (Canada 1982-92), où elle y a fait une partie de ses études. Elle a commencé l’apprentissage de la sculpture auprès de Yèvkiné de Greff-Yéprémian et d’Arto Tchakmakchian (1988-89), puis a conceptualisé sa démarche artistique avec Francine Larivée (1991-92). Elle a tout d’abord étudié l’histoire des Arts et de l’Architecture arméniens avec Lucie Ter Manuelian (chaire d’arménologie, Tuff University, USA & Concordia University, Canada, 1987-88). Elle a également un diplôme de céramiste du Centre de Céramique Bonsecours, (Montréal, 1988-90). Licenciée en histoire de l’Art & d’Arts Plastiques de l’Université du Québec à Montréal-UQAM (1992), elle y a entamé une maîtrise en Communication visuelle (axée sur la photographie & la vidéo), puis complétée par une double maîtrise en Esthétique des Arts et en Marketing-Communication (Université Paris 8 & à ISERP, France 1993-94).

subscribe

Coco-Mat utilisera les informations que vous fournissez sur ce formulaire pour être en contact avec vous et pour fournir des nouvelles et des promotions des ventes. S'il vous plaît laissez-nous savoir toutes les façons dont vous aimeriez avoir de nos nouvelles

Vous pouvez changer d'avis à tout moment en cliquant sur le lien de désinscription dans le bas de page du courriel que vous recevez de notre part, ou en nous contactant à info@coco-mat.com. Nous traiterons vos informations avec respect. Pour plus d'informations sur nos pratiques de confidentialité, veuillez visiter notre site Web. En cliquant ci-dessous, vous acceptez que nous puissions traiter vos informations conformément à ces termes.

Nous utilisons MailChimp comme plate-forme d'automatisation marketing. En cliquant ci-dessous pour soumettre ce formulaire, vous reconnaissez que les informations que vous fournissez seront transférées à MailChimp pour traitement conformément à leur Politique de Confidentialité et Conditions.